Anatomie Invention

Un de mes amis, Pierre, a un super petit gadget appelé une tuile qui pend à son porte-clés. S’il l’appelle depuis son téléphone portable, il émet un bip et le guide vers ses touches.
Je n’ai pas de carrelage et, à moins que mon téléphone cellulaire ne soit à sa station de charge, je n’ai généralement pas la moindre idée de l’endroit où le trouver. Cependant, après des années d’anxiété au sujet de mes clés de voiture égarées, je me suis entraîné à les accrocher à un crochet à tasse que j’ai installé sur une armoire de cuisine.
En tant qu’inventeur, j’ai donc eu l’idée d’un étui pour téléphone cellulaire, un étui que je pouvais accrocher sous mes clés. Voila ! Je n’ai pas perdu mon portable depuis plusieurs semaines.
Certains diront qu’il ne s’agit pas vraiment d’une invention, mais d’un simple appareil qui résout un petit problème ennuyeux. Mais un trombone aussi. Quoi qu’il en soit, mon étui pour téléphone cellulaire est un bon modèle pour bon nombre des questions et des essais auxquels nous sommes confrontés lorsque nous évaluons le potentiel commercial de nos inventions et décidons d’investir dans leur développement.

La première inconnue

Premièrement, est-il commercialisable ? À moins d’inventer pour le plaisir, nous devrions commencer par une évaluation réaliste de ses chances d’être vendus.
Même si nous n’avons pas l’intention de produire et de commercialiser nous-mêmes, quelqu’un va devoir le vendre. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’un licencié potentiel s’intéresse à notre invention à moins qu’il ne soit convaincu qu’elle a un canal de marché et qu’elle peut être produite et vendue à profit. L’évaluation de la qualité marchande est généralement une bonne première étape, car elle est généralement moins coûteuse que la fabrication d’un prototype et/ou le dépôt d’une demande de brevet.
Mon approche est de commencer par demander au hasard à des inconnus s’ils raccrochent leurs clés. Il y a de fortes chances qu’une personne qui ne veut pas raccrocher son téléphone cellulaire ne voudra pas raccrocher non plus.
Une enquête auprès des personnes qui sortent d’un supermarché ou d’un centre commercial est un moyen d’obtenir des données raisonnablement bonnes. Vous ne posez qu’une question simple, et vous n’essayez pas de leur vendre quoi que ce soit. Soulignez ceci. Les gens se méfient à juste titre des étrangers qui leur posent des questions.
Une centaine de réponses positives devraient suffire. Je me dis qu’un sur dix est probablement marginal, et peut-être que je n’irais pas de l’avant si je n’avais pas reçu au moins ce pourcentage de réponses positives.

Considérations suivantes

La prochaine inconnue est combien de personnes qui accrochent leurs clés envisageraient de raccrocher leur téléphone cellulaire si un produit à cette fin était disponible. Pour ce sondage, je demanderais à un deuxième groupe, parce que vous ne devriez pas promettre de ne poser qu’une seule question, puis d’en poser une deuxième. Une approche encore meilleure pourrait être d’avoir SurveyMonkey pour effectuer le sondage pour vous. J’ai déjà utilisé le service auparavant et j’ai été satisfait des résultats.
OK, disons que j’ai fini avec un filet d’environ 5 pour cent des personnes interrogées disant qu’elles envisageraient d’acheter un étui pour leur téléphone portable. La question suivante : Est-ce qu’un titulaire de licence éventuel estimerait qu’il s’agit d’un marché intéressant, suffisamment rentable pour qu’il ou elle puisse me verser une redevance de 5 p. 100 tout en réalisant un profit ?
J’en doute fort. Mon étui se vendrait probablement pour 14,95 $ maximum, peut-être seulement 9,95 $. Ce n’est donc pas le genre de produit qui est susceptible d’intéresser un titulaire de licence à moins qu’il n’ait un marché très vaste et éprouvé.
Mais disons que mon prix était plus élevé et mon marché plus grand. Quelles sont mes chances d’obtenir un brevet « pare-balles » ?
Mes principales caractéristiques sont la pochette de l’étui, la languette allongée pour accrocher et un trou ou un crochet quelconque pour se connecter au crochet de la tasse. Aucune de ces caractéristiques ne semble être nouvelle, et donc probablement pas nouvelle en combinaison. Ma seule nouveauté est de raccrocher un téléphone portable qui est généralement posé à plat sur un bureau ou une commode. Je soupçonne qu’une recherche professionnelle ne trouverait que quelque chose que l’examinateur de brevet disqualifierait comme nouveauté.
Cela me laisse la possibilité de produire et de commercialiser mes propres produits. Je préfère breveter et concéder sous licence, mais je ne pense pas que mes chances de succès sur cette voie soient très élevées.

Qu’en est-il des contrefacteurs ?

Avant de me dire d’abandonner toute cette idée, je devrais au moins étudier le rapport coût/bénéfice de la production. Ma prochaine question est la suivante : combien cela me coûterait-il de produire ?
C’est le genre de produit qui devrait être moulé par injection d’un caoutchouc ferme, ou peut-être d’un plastique approprié. L’une ou l’autre de ces méthodes nécessitera un moule qui pourrait coûter 25 000 $ ou plus. Hmmmmmm. C’est un risque énorme pour un produit qui peut ou non se vendre assez bien pour rembourser l’investissement et réaliser un profit.
Je pouvais produire l’étui comme un produit assemblé, comme je l’ai fait lorsque j’ai réalisé mon prototype. C’est exigeant en main-d’œuvre, mais au moins, je n’aurai pas à hypothéquer la ferme pour payer une moisissure. D’un autre côté, si elle se vend mieux que prévu, je pourrais alors transférer la production à l’étranger. Et si les ventes deviennent virales, je peux me permettre d’investir dans un moule.

Tiens bon, Romain. Tu rêves à nouveau.

Si les ventes deviennent virales, devinez quoi ? Vous avez investi vos 10 000 $ dans la production, vous vous souvenez ? N’importe qui peut vous copier, et les gens qui produisent ce genre de produits ont surveillé vos ventes. Ils vont sauter dedans, et ils vont vendre quelque chose au fur et à mesure.

Rédigé par

Romain Gaschet

Moi c’est Romain, je suis DSI dans une société agroalimentaire. A travers ce blog, j’essaye de démystifier l’informatique pour le faire comprendre à tous. Vous retrouverez toutes les actualités, expliqués petit à petit pour une bonne compréhension !